Gilet de sauvetage en Paddle - Ocean Essentials

Le gilet de sauvetage en paddle : obligatoire ou pas ?

Il n'est pas toujours évident de s'y retrouver dans les textes qui réglementent la pratique du Stand Up Paddle en France. Il faut dire que c'est un sport relativement jeune et lorsque que vous achetez un paddle, il arrive souvent que l'on ne soit pas informé des règles en vigueur.

Voici donc un petit guide rapide des règles concernant la pratique du stand up paddle en France. 

On peut faire du Stand UP Paddle presque partout en France. La première chose qu'il faudra bien prendre en compte, c'est votre lieu de pratique, car la réglementation n'est pas la même que l'on soit en mer ou sur un lac ou en rivière.

Gilet de sauvetage Stand Up Paddle - Ocean essentials

En eaux intérieures :

"Le port d’un équipement individuel de flottabilité d’au moins 50N et homologué CE est obligatoire"

Seule alternative autorisée : le port d’« une combinaison ou d’un équipement en néoprène assurant au minimum une protection du torse et de l’abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique ».

Une combinaison vous offre une protection contre le froid certes, mais ce n'est pas suffisant. N'oubliez pas qu'habituellement la température de l'eau est bien plus froide sur un lac qu'en mer et que les conditions météos peuvent vite évoluer.

Dans tous les cas, l'usage d'un leash est plus que fortement conseillé. Même s'il n'est pas obligatoire au sens strict, pensez à toujours avoir un moyen d'être attaché à votre planche même si vous êtes porche du bord.

Attention cependant pour la pratique en eaux vives où un équipement spécifique est nécessaire.

En Eaux vives :

 Le port d’un gilet d’aide à la flottabilité est obligatoire dans tous les cas. 

En mer

Les choses se compliquent : en effet, en fonction de la longueur de votre planche et la distance à laquelle vous comptez vous éloigner, les règles qui s'appliquent ne sont pas les mêmes. 

C'est la fameuse division 240 qui définit les règles pour les navires.

Première chose à vérifier :

La longueur de votre planche, s'il fait moins de 3.5 m ou 11'6. C'est très simple, vous ne pouvez pas sortir de la bande des 300 mètres depuis la côte. Cette zone est facile à reconnaitre, car elle est délimitée par les fameuses bouées jaunes que l'on retrouve le long du littoral. 

Pensez à vérifier les arrêtés municipaux : dans certaines communes la pratique du Stand Up paddle est interdite dans la zone des 300 mètres

Dans la zone des 300 m, le gilet de sauvetage ou la combinaison ne sont pas obligatoires mais très fortement recommandé.

Navigation n’excédant pas 2 milles / 3.7 km milles d’un abri :

Un abri : tout endroit de la côte que l’engin et le pratiquant peuvent aborder, sur lequel ils peuvent trouver refuge et d’où ils peuvent repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques du moment.

• Les SUP de plus de 3,50m, c’est-à-dire les 11’6 et plus, ne sont plus considérés comme des engins de plage. Ils sont donc autorisés à dépasser la bande des 300m sans aller au-delà des 2 milles d’un abri, la navigation est obligatoirement la journée.

Attention : les SUP gonflables de plus de 3,50m seront autorisés à dépasser les 300 m à la seule condition qu’ils disposent d’une ou plusieurs réserves de flottabilité leur permettant de flotter avec la charge maximale recommandée en cas d’envahissement total du flotteur.

Ces SUP doivent répondre favorablement à un test de flottabilité résiduelle avec la chambre à air du plus grand volume dégonflée (art 245-4.03). •

Au-delà des 300 m, le matériel d’armement et de sécurité basique, adapté aux caractéristiques de l’embarcation, est obligatoire jusqu’à 2 milles d’un abri.

Vous devrez vous équiper de :

- Une aide à la flottabilité d’une capacité minimale de 50N (marquée CE) ou une combinaison ou un équipement de protection conforme aux dispositions de l’article 240-2.13, s’il/si elle est porté(e) en permanence (combinaison humide en néoprène ou sèche assurant au minimum une protection du torse et de l’abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique). 

- Un moyen de repérage lumineux individuel, étanche, ayant une autonomie d’au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche, ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté effectivement par chaque personne à bord. -

Le leash, constituant un moyen de rester au contact du flotteur, est obligatoire (sauf recommandation fédérale pour le cas particulier de courant et obstacle : risque de coincement).

👉 Retrouvez nos équipements de sécurité pour la pratique du Stand Up Paddle